Home / A la une / ESPACE CULTUREL Un financier devenu cinéaste !

ESPACE CULTUREL Un financier devenu cinéaste !

Avec la collaboration du projet GIZ et Binthily Communication, l’espace culturel la Gare a abrité le deuxième Café de la paix. L’artiste NouhoumKané, invité du jour, était venu pour échanger avec le public sur le rôle que peut jouer le film dans le processus de paix au Mali

Afin de promouvoir l’épanouissement de la culture malienne, cette activité s’inscrit dans le cadre de réunir les citoyens, échanger et débattre avec eux sur les questions de paix afin de lutter contre l’extrémisme religieux, de renforcer la cohésion sociale et d’encourager la participation des jeunes à la vie politique et civique du pays.

Le café de la paix offre un espace d’expression à l’univers de l’art et de la culture pour qu’il s’exprime sur des sujets d’intérêt public et aussi échanger avec les citoyens qui ont, de ce fait, l’occasion d’exercer leur esprit critique.

L’auteur, dans son film, a expliqué que les populations du nord, sur place, sont dans un état de forte exaspération, un sentiment d’abandon par l’Etat malien, à la merci des bandits armés et salafistes. « Faute de moyens de partir, ils subissent les humiliations des assaillants au prix de leur vie. Ils assistent, impuissamment, à la destruction de leurs valeurs sociétales et culturelles », a-t-il commenté.

« Le Drapeau noir », inspiré d’un fait réel, ce film regorge les préjudices causés par les Ansar Dine sur notre sol. En 2012, la nuit s’abat sur le sol de Tombouctou. Venus du nord du Mali et du désert, les djihadistes d’Ansar Dine envahissent la ville et font régner la terreur. Non content d’imposer une dictature se réclamant de la charia, le groupe armé s’attaque aussi à la culture et à l’histoire de la cité. Ancien grand centre spirituel arabo-africain qui connut son apogée aux XVe et XVIe siècle, Tombouctou incarne ce que les miliciens islamiques ne supportent pas, notamment le brassage, le savoir et la tolérance. Détruisant des mausolées, ils menacent surtout les bibliothèques et leurs trésors. Il s’agit des manuscrits séculaires, porteurs de la mémoire du pays.

Diplômé en finance-comptabilité, NouhoumKané est auteur des plusieurs films documentaires tels que Tarzan, les enfants affectés et infectées du VIH/Sida, le retour à la paix, Tombouctou libéré, le Drapeau noir, entre autres.

En 2004, après avoir terminé ses études, alors qu’il était au chômage, un français lui a proposé de l’accompagner dans certains pays africains pour faire un film documentaire sur la démographie en Afrique. « Nous avons fait 6 mois ensemble », révèle-t-il. De retour au Mali, l’auteur a eu l’opportunité de signer un contrat à Ecobank. Après le tournage de ce documentaire, NouhoumKané a affirmé avoir cesséde travailler dans cette banque au profit du cinéma. « Le cinéma me donnait de l’adrénaline et cela m’a poussé à me lancer dans le film », a-t-il révélé.

Mamadou Sangaré

About Aly Dolo

Check Also

ELECTION DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE Le ‘’vieux briscard’’ ou le ‘’Diablotin’’ ?

Le nouveau président de l’assemblée nationale sera élu aujourd’hui. Le ‘’vieux briscard’’  Mamadou Diarrasouba affrontera …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *