Home / A la une / HAMIDOU AGOUNO DJIMDÉ, SUR LA TENUE DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES, les chasseurs se sont bien comportés »

HAMIDOU AGOUNO DJIMDÉ, SUR LA TENUE DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES, les chasseurs se sont bien comportés »

« Contrairement à certaines allégations mensongères, les chasseurs se sont bien comportés »

 Après la tenue du second tour des élections législatives dans notre pays, le désormais Honorable Hamidou Agouno DJIMDÉ, élu dans la circonscription électorale de Koro, sur la liste indépendante dénommée Le Mali Qui Bouge « Alliance Ama-Kene » revient sur le film de cet épisode électoral. Selon lui, cette élection a fait un tumulte dans l’opinion nationale.  

Qu’est ce qui a motivé votre candidature dans la circonscription électorale de Koro ?

Hamidou Agouno Djimdé : Cela fait à peu près quatre années que notre cercle, comme l’ensemble du Pays Dogon, connait une situation d’insécurité sans précédent. Le tissu social est sérieusement mis en mal entre les deux communautés qui peuplent cette aire géographique.Je fais allusion au Dogon et au Peulh. L’économie locale est touchée. Le vivre ensemble est quasiment impossible. Je voudrais être élu afin d’apporter la voix de ma population à l’hémicycle. Déjà à travers le Mouvement Baguine Sô que je dirige, nous avons eu à tirer la sonnette d’alarme sur certains faits qui se sont déroulés dans cette zone. Nous avons eu à faire plusieurs propositions concrètes de sortie de crise. Mais malheureusement, nous n’avons pas été écoutés à temps.

Donc je voudrais  être un représentant légitime de ma population afin de bien la défendre.

Ramener la confiance entre les deux communautés Dogon et Peulh afin que le retour de tous les déplacés soit une réalité.

 Dites-nous concrètement comment le scrutin s’est déroulé dans cette partie du pays en proie à l’insécurité ?

H.A.D : Vu l’insécurité grandissante, nous avions eu des doutes sur le bon déroulement des élections dans les seize Communes du cercle. Dieu merci, les campagnes se sont déroulées sans incident. Notre équipe de campagne a pu sillonner quatorze sur les seize Communes. Nous avons pu échanger avec elles, connaître les vrais problèmes qu’elles vivent, rencontrer les déplacés internes qui ont été victimes des représailles des terroristes.

Il y avait Treize listes en compétition dont la nôtre, qui est l’unique liste indépendante. Tous les grands partis du Mali ont pris part à cette compétition.

A l’issu du 1er tour, nous sommes arrivés en tête, suivie de la Codem avec une différence d’environ 20 000 voix, soit 30% d’écart. Un second tour s’imposait entre la Codem et nous.

A l’issu du second tour, sur les seize Communes nous sommes arrivés largement en tête dans les 12 Communes. La commune de Diankabou n’a pas pu organiser les élections à cause de l’insécurité. Ainsi, on dépassait la Codem avec près de 18000 voix.  Il restait les communes de Dinangourou et Yoro. Ces deux communes ont été sérieusement éprouvées par les terroristes. Du coup, elles sont vidées de leurs populations. Et c’est dans ces localités dépeuplées que la Codem nous sort plus de 18000 voix pour nous dépasser.

Il faut signaler que dans l’histoire du vote, Dinangourou n’est jamais sorti avec plus de 6000 voix, surtout en période de paix et de sécurité. Maintenant qu’il y a l’insécurité, que des villages et hameaux entiers ont disparus, que tous les bras valides sont en exil, que Dinangourou nous sort plus de 18000 voix.

Quant à Yoro, la commune compte 9 villages dont six n’existent plus. Sur les trois villages restants, deux ont la moitié de leurs populations ailleurs. En somme, 200 ménages de Yoro se trouvent à Koro (source : service social local) et une partie importante est déplacée au Burkina Faso.

Quels sont les griefs que vous formulez ?

 H.A.D : Le parti Codem, en complicité avec l’administration locale a fait un hold-up électoral. Sinon comment comprendre qu’à Yoro, au premier tour, il y a eu seulement 16 votants et au second tour Yoro se retrouve avec plus de 7000 votants. Quel bourrage !

Ce qui est surprenant, c’est que les résultats de ces deux localités sont arrivés largement en retard, 48h après les autres communes.

Quelles leçons peut-on tirer de ces élections ?

H.A.D : Dans l’ensemble, le tout s’est bien déroulé. Contrairement à certaines allégations mensongères, les chasseurs se sont bien comportés, et pendant la campagne et le jour du scrutin. Nous avons remarqué la partialité de l’administration locale en faveur de la Codem. Certaines indiscrétions parlent d’achat de conscience à ce niveau car certains hauts cadres de ce parti se pavanaient avec des liasses d’argent. Certains agents administratifs et électoraux véreux sont tombés dans leurs pièges.

Quel message avez-vous à lancer ?

H.A.D: Je tiens à remercier chaleureusement toute la population du cercle de Koro, sans exception. Maintenant que les élections sont derrière nous, j’invite l’ensemble des cadres du cercle à s’investir pour mettre fin à cette crise qui a fortement ébranlé notre cohésion sociale. Aucun développement n’est possible sans paix. Personne ne viendra faire cette paix à notre place. Que Dieu veille sur notre pays.

Propos recueillis par

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 

About Aly Dolo

Check Also

RESTAURATION DES MALADES DU COVID 19 L’Afpromer veut jouer sa partition

A travers l’Association des femmes professionnelles des métiers de la restauration (AFPROMER) présidée par Mme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *