Home / A la une / SUR UNE POSSIBLE LIBERATION DU GENERAL AMADOU HAYA SANOGO Des Maliens se prononcent à travers le pays

SUR UNE POSSIBLE LIBERATION DU GENERAL AMADOU HAYA SANOGO Des Maliens se prononcent à travers le pays

Détenu depuis 2013, l’ex chef de la junte de Kati, le général Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés sont inculpés d’enlèvement de personnes, d’assassinats et de complicité d’assassinat. Ses avocats ont introduit une demande de mise en liberté  qui a été examinée par la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako. En attendant donc le délibéré pour le 28 janvier 2020, nous avons approché des Maliens à travers le pays.  Ils  se prononcent sur sa possible libération.

 

Moussa Balla Ballo enseignant (Ségou)

Favorable oui. S’il y’a un mot plus fort que le mot favorable je l’emploiyerai parceque tout d’abord Aya est un citoyen comme tout le monde qui est justiciable aussi. Certes nul n’est au dessus de la loi mais il ya un temps de détention préventive. Aya est en prison depuis 7 ans  et il est présumé coupable il faut que les choses se fassent dans les normes qu’on respecte les règles et les textes. Si on n’est pas capable de le juger mieux vaut le liber. aucune loi ne permet ca même l’article 135 du code de procédure pénale qui dit qu’on ne peut dépasser 3 ans de détention préventive en matière criminelle, voilà entre autre les raisons qui me pousse à plaider pour sa libération.

Moctar Cissé  étudiant  (Ségou)

Notre pays traverse une crise multidimensionnelle. Nous venons de terminer le dialogue national inclusif a été un moyen pour les fils du pays si les résolutions du DNI ont dit de négocier avec Iyad et Koufffa pourquoi pas la libération de aya. Le pays à besoin de stabilité de paix donc il est temps que nous nous donnons la paix pour l’épanouissement du pays. Pour moi,  libérer Aya est un véritable moyen de paix car il pourra jouer un rôle au sein des forces armées et de sécurités pour le retour de la paix.je pense qu’on devrait même commencer par ça surtout qu’il est en détention depuis très longtemps.

Balla Traore, agent Orange money (Ségou)

Moi je pense que la détention de Aya est maintenant politique parce que le mali ne parvient pas à le juger après 7 ans donc qu’on le libère et l’utilise afin qu’il apporte son savoir au sein de l’armée

Oumou amara (Ségou)

Que la justice fasse son travail, Aya a tué les bérets rouges qu’il soit jugé et qu’il réponde de ses crimes d’abord.

 Djeneba Djiré Sage femme ( Koutiala)

 Je suis pour la libération du général Amadou Aya et cela malgré les charges qui pèsent contre lui. Comme sa détention a trop duré et que la justice n’arrive pas à organisé son procès donc il faut le libéré pour que notre armée nationale se réconcilie avec elle même. Vue le contexte sécuritaire de nôtre pays le mali à besoin de l’ensemble de son armée pour faire face à l’ennemie. Mais l’état doit aussi dédommager les familles des bérets rouges assassinés.une justice et une réconciliation des frères d’armes.

 Djibrilla Toure commerçant ( Koutiala)

Je suis pour la libération du General Sanogo parce qu’il a duré en prison sans jugement. Peut être que sa libération permettra de réconcilie les bérets rouges et leurs frères les bérets verts. Aujourd’hui le pays a besoin d’une armée réconcilie pour défendre de manière efficace notre territoire.

 Harouna  Oumar  N’Daou professeur  au  Lycée  Public (Kita)

 Déjà  la  détention  préventive  a  atteint   sept  ans, il  mérite  donc  d’être  jugé  soit  la  liberté  provisoire.

 Alimatou  Coulibaly  ménagère (Kita)

 Amadou  Haya  Sanogo  ne  mérite  point  de la   liberté,  par  ce  que,  c’est  des  chefs  de  famille  qu’il  a  tué dans le    corps  des  bérets  rouges ,  pour  faire  de  certaines  femmes  des  veuves  et  de  certains  enfants  des  orphelins .

  Moussa  Coulibaly  enseignants  (Kita)

  Amadou  Aya  Sanogo  doit  rester  emprisonné  encore. Et  ce  la,  pour  sa  propre  sécurité  contre  les  parents  et  proches  des  bérets   rouges   tués.

 

Dr Bréhima Ely Dicko, Enseignant-chercheur  (Bamako)

Je suis pour la libération de Amadou Haya Sanogo, parce que l’Etat vient de monter qu’il est incompétent à la matière. Après plus de 3 ans de détentions, pour moi, ils doivent être libres sous caution.  Au moment opportun, ils pourront faire la lumière sur cette affaire afin tous les Maliens puissent connaître la vérité, même s’il faut que des têtes tombées.

 

 

Dognoume Diarra, Journaliste (Bamako)

Je suis pour la libération d’Amadou Aya Sanogo dans mesure ou l’ouverture de son jugement ne fera que ralentir davantage, la marche du Mali vers une sortie de crise. Pour que le jugement de Sanogo soit lieu, des membres du Gouvernement démissionneront de leurs postes pour aller comparaître. Alors il est mieux que le Président ait le courage de gracier Sanogo. Mais cela après des démarches de négociations auprès de ceux-là qui se croient victime de l’affrontement des deux corps frères bérets verts et bérets rouges. Ces négociations, pour pâlir à la frustration que certains pourront avoir en voyant le Général Sanogo libre sans qu’il y ait aucun procès.

Yagaré Diakité, communicante (Bamako)

Par rapport à la libération de Amadou Aya Sanogo, je ne dirais pas que je suis contre mais je ne suis pas pour non plus. Car certaines questions restent toujours sans réponse. Des épouses, des parents, des enfants, des sœurs et frères… attendent une réponse, attendent et demandent une justice pour leurs proches. Qui est coupable de ces hommes retrouvés morts à Diago ? Si ce n’est pas Sanogo et ces coaccusés, c’est qui alors ? La population veut une réponse et ce n’est pas en libérant Sanogo sans donner une explication claire et précise sur ces événements que nous pouvons avancer. Pourquoi le régime est-il incapable de le juger ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette libération ? Tant de question et peu de réponse, nous demandons, nous réclamons, et voulons une justice dans ce pays.

Si Sanogo n’est pas couple qu’on nous le montre avec preuve et s’il est coupable aussi qu’il paye et avec tous ces complices.

 

Pierre Sanibè Koné, Economiste ( Bamako)

Je dis oui à la libération du General Amadou Aya Sanogo qui est finalement, un homme déchu, trahit par la hiérarchie militaire et par les politiciens maliens. Certes, nous déplorons les pertes en vie humaine mais il est aussi bon de savoir que les bérets rouges et les politiciens mécontents sont les auteurs de cette mascarade. Alors, si le General Amadou Aya Sanogo et codétenus doivent payer, ça veut dire que les commanditaires de cette malencontreuse situation doivent aussi payer les bérets rouges et les politiciens. Bien vrai que le General était le premier responsable mais seul Dieu sait comment les choses se sont déroulées. Etant acteur de ces évènements, nous avons tous été témoins de l’état agité des subalternes des deux camps, donc incontrôlables. C’est pourquoi lors du procès de 2016, aucuns témoins importants n’étaient présents à Sikasso et ainsi de suite.

Bréhima Mamadou Koné, Chercheur, politologue (Bamako)

Un coup dur pour la justice malienne. Si cette situation, s’avère ça réconforterait une certaine opinion qui pense qu’il y a une subordination des autres pouvoirs : législatif et judiciaire au pouvoir exécutif. Elle mettra à mu, l’instrumentation de notre justice. Quelles que les circonstances et les raisons avancées, ce jugement doit avoir lieu pour situer les responsabilités et rendre justice aux familles de victimes.

Cependant, il faut dire que ce gouvernement aurait du mal à pouvoir juger le général Sanogo et coaccusés, et ce, Sanogo a été faiseur et défaiseur de rois dans ce pays. Selon certaines indiscrétions, Sanogo crie à la trahison et nous savons tous que Sanogo n’est quelqu’un qui est dans la langue de bois. S’il décide de parler, il ferait tomber beaucoup de caciques de la scène politique malienne, parce qu’il a beaucoup de dossiers qu’il puisse mettre à disposition de la justice pour accabler d’autres personnes.

La rédaction

About Aly Dolo

Check Also

ME ALASSANE ALDIOR DIOP ’’Les piliers de notre république sont fortement fragilisés’’, l’édifice risque de s’écrouler

Le temps de la barbarie est aussi le temps des héros : Maliens, encore un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *